La rage des stéroïdes

24
[Total : 1   Moyenne : 5/5]

La rançon de l’hypertrophie musculaire médicalisée

Janvier et juillet, des mois qui boostent la vente 

des stéroïdes anabolisants (SA)

D’après une étude britannique publiée en 2018 dans l’International Journal of Drug Policy, le nombre de recherches effectuées via Internet sur le thème des stéroïdes anabolisants grimpe en flèche chaque année au mois de janvier et atteint un sommet au début de l’été. Sans doute, nombreux sont ceux qui prennent la résolution, en début d’année ou avant de fréquenter les plages, de développer leur musculature… Donnée complémentaire : le 25 juin 2013, on pouvait lire sur le lefigaro.fr : « Une étude montre que le nombre de sites proposant la vente sans ordonnance de produits dopants a augmenté de 125% en un an. En ce qui concerne les stéroïdes anabolisants pour la même durée, les sites ont progressé de 544 à 737, soit une croissance de 35%. »

Inutile de préciser que dans l’univers du sport et du culturisme, la testostérone et ses dérivés de synthèse sont fort prisés. Ils le sont aussi dans d’autres milieux. Celui des videurs de boîtes de nuit et des agents de sécurité, par exemple. Malgré les contrôles, les substances anabolisantes demeurent très utilisées, non seulement par des sportifs amateurs, qui s’approvisionnent essentiellement via Internet, mais également dans le sport professionnel. Lance Armstrong, qui a indiqué que la testostérone faisait partie de son « cocktail », a gagné sept Tours de France en ridiculisant l’armada des laboratoires antidopage de la terre entière !  

Des produits qui impactent efficacement tous les paramètres de la perf

La testostérone et ses dérivés synthétiques intéressent les sportifs pour plusieurs raisons : ils agissent comme des « engrais du muscle », c’est le plus connu des effets mais augmentent aussi l’érythropoïèse et, partant, le transport de l’oxygène, influent sur le psychisme en rendant l’individu plus pugnace, plus volontaire, capable d’accepter des charges d’entraînement plus lourdes. Autrement dit, l’éventail des disciplines sportives pour lesquelles ce type de dopage présente un intérêt est vaste et ne se limite pas, comme d’aucuns ont pu le croire en première analyse, à des sports où la force et la puissance musculaires sont essentielles : haltérophilie, lancement du poids, football américain, rugby, sprint… Ainsi, pour les marathoniens, athlètes parmi les plus maigres, les anabolisants offrent le double avantage d’accroître l’érythropoïèse et de leur conférer la capacité de s’entraîner beaucoup plus longtemps. Nombre d’entre eux utilisent les mêmes produits que les bodybuilders. La différence est que ces derniers absorbent des quantités phénoménales de protéines : poulets, œufs et compléments protéinés lesquelles facilitent l’hypertrophie musculaire.

Surdose – Des prescriptions pour éléphants adultes

Il arrive que les doses de testostérone ou de stéroïdes anabolisants absorbées par les athlètes soient presque cent fois supérieures aux doses thérapeutiques prescrites en médecine humaine. Or, les études montrent que les effets délétères de ces molécules sont proportionnels à la quantité administrée.

Précisément, ces possibles effets sont légion. Dans le Dictionnaire du dopage (Éditions Masson – 1 237 pages) que nous actualisons régulièrement dans mon blog, j’en ai enrichi la liste des perturbations au plan santé en janvier 2019. Historiquement, le premier stéroïde anabolisant disponible sur le marché français fut le Durabolin® (nandrolone), commercialisé au début des années 1960. Les 26 et 27 janvier 1963 s’est tenu à Uriage-les Bains, sous l’égide du Haut commissariat à la Jeunesse et aux Sports, le premier colloque européen sur le doping. Au terme des débats fut éditée une motion détaillant les produits à prohiber. Les anabolisants n’y figuraient pas ; au contraire, ils étaient assimilés à des vitamines. En 1964, un numéro de la revue Médecine Éducation physique et sport, organe officiel de la Société médicale française d’éducation physique et de sport, proposa un compte rendu du colloque. Dès la deuxième de couverture, on trouvait une publicité pour le Durabolin®… On pouvait y lire : « Augmente la masse et le tonus musculaire. Renforce la trame osseuse. Action psychotonique puissante », ce dernier élément étant écrit en rouge.

DURABOLIN.jpg

ORGANE OFFICIEL DE LA SOCIETE MEDICALE FRANÇAISE D’EDUCATION PHYSIQUE ET DE SPORT ET DU GROUPEMENT LATIN DE MEDECINE PHYSIQUE ET DES SPORTS

Publicité parue en 1962 dans la revue Médecine Education Physique et Sport (organe de la SFMS) incitant les médecins de sport à prescrire un stéroïde anabolisant (Durabolin®) aux athlètes [Rev. Med. Ed. Phys. Sport, 1962, 36, n° 4, p 2]

Il faudra attendre les années 1970 pour que la communauté scientifique et les autorités sportives reconnaissent le pouvoir dopant de la testostérone ainsi que de ses dérivés et qu’elles évoquent de graves effets secondaires sur la santé, tels que des tumeurs hépatiques, des cancers de la prostate ou des ruptures tendineuses. Il est également question de cas de suicide, comme celui du discobole danois Kaj Andersen, qui s’était jeté du haut de la cathédrale de Viborg le 15 septembre 1973.

Des effets secondaires touchant un grand nombre d’organes

Aujourd’hui, on sait que les effets organiques généraux de la prise de stéroïdes anabolisants sont nombreux et sévères : détérioration de la cellule hépatique (surtout à la suite de l’administration orale des stéroïdes), péliose hépatique due à une hépatotoxicité de certains androgènes pris en comprimés, cancer du foie, hépatite par cholestase (diminution de la sécrétion biliaire), hémorragies digestives, maladies cardiovasculaires (infarctus, hypertension artérielle), diabète, affections rénales, apnées du sommeil, ruptures tendineuses, interruption de la croissance chez les jeunes athlètes, œdèmes (visage bouffi, gonflement des chevilles et/ou du bas des jambes), hypertrophie de la prostate.

ROUET.jpg
coleman 1.jpg

A l’époque de l’Apollon des années 1930-1940, les stéroïdes anabolisants ne font pas partie de la pharmacie des culturistes. A l’œil nu, on peut vérifier que 

les bodybuilders actuels n’utilisent pas les mêmes adjuvants

Les effets secondaires potentiels touchant spécifiquement les femmes sont les suivants : acné, voix grave, rauque et grinçante (symptômes irréversibles), hypertrophie de la pomme d’Adam et du clitoris, arrêt des règles et de l’ovulation, hirsutisme, stérilité, involution mammaire. Chez les hommes, cinq éléments sont à mettre en exergue : atrophie testiculaire, oligospermie et stérilité réversibles, gynécomastie douloureuse à la suite de l’aromatisation de la testostérone, érections fréquentes, douloureuses et continues, hypertrophie du pénis et accroissement du nombre d’érections chez les adolescents.

Dans cette longue liste de troubles, on relève également des perturbations biologiques : élévation du risque de maladies coronariennes à la suite d’une augmentation du taux des triglycérides et de celui du cholestérol (avec diminution du cholestérol HDL, surtout lorsque les anabolisants sont administrés per os), concentration excessive de sucre sanguin, hyperbilirubinémie et élévation des transaminases. À cela s’ajoutent des « manifestations cliniques et « subjectives » » : langue douloureuse et enflammée, mauvaise haleine, modifications du désir sexuel (des hauts et des bas), évanouissements et vertiges, maux de tête fréquents ou continus, nausées et sensations de ballonnement, douleurs dans le bas ventre, douleurs osseuses, envies d’uriner fréquentes, tics, dépendance, léthargie, sautes d’humeur (pleurs sans raison), épisodes d’irritabilité incontrôlable et d’agressivité, « rage des stéroïdes ». 

Des signes cliniques caractéristiques

Les principaux signes devant éveiller la suspicion quant à une prise de stéroïdes anabolisants sont le gain rapide de masse musculaire et l’instabilité émotionnelle et caractérielle. S’y greffe – mais cela est plus difficile à apprécier de l’extérieur – une modification du désir sexuel. Personnellement, l’un de mes patients culturistes qui souhaitait décrocher m’a avoué qu’au début de ses cures de dopage aux anabolisants, il avait jusqu’à 13 rapports sexuels par jour, ce qui a fini par décourager sa compagne préférant jeter l’éponge.

Se pose également la question des contrôles antidopage. À la fois efficaces et peu masculinisants (androgéniques), les deux stéroïdes synthétiques les plus prisés par les sportifs sont la nandrolone et le stanozolol, cette dernière molécule fut à la base de la disqualification du sprinter canadien Ben Johnson aux Jeux Olympiques de Séoul, en 1988. Bien que depuis 2013, surtout pour le stanozolol, qu’ils soient aisément détectables lors des contrôles antidopage, il n’est pas rare que des athlètes se fassent encore prendre la main dans le sac. Si les stéroïdes anabolisants sont délivrés par injection, ils restent repérables durant plus de six mois dans les urines. Par contre, en cas de prise par voie orale, le contrôle sera généralement négatif si la cure a été arrêtée 24 heures avant la compétition. Bref, il suffit d’être bien informé ou bien conseillé pour éviter le couperet.

Pour la testostérone, le test antidopage s’appuie sur le rapport testostérone/épitestostérone, voisin de 1 chez 90% des individus. Il y a suspicion de dopage lorsque ce rapport est supérieur à 4. Dans ce cas est alors appliqué un test isotopique qui montre si la molécule stéroïdienne est naturelle ou exogène. En clair, à peu près tout le monde peut se doper à la testostérone sous couvert de la réglementation ; il suffit de conserver un rapport testostérone/épitestostérone inférieur à 4. C’est ce qu’a fait Armstrong durant toute sa carrière en utilisant des patches et des gels plutôt que des injections. »

L’action psychotonique puissante de la publicité préfigurait la rage des stéroïdes

Comme nous l’avons rapporté, la publicité pour le Durabolin® parue en 1964 dans la revue française Médecine Éducation physique et sport attribuait à ce stéroïde anabolisant une« action psychotonique puissante ». À l’époque, personne ne s’en émut. Or, il est acquis aujourd’hui que le dopage aux stéroïdes anabolisants peut mener à des troubles de la personnalité, à une perte de contact avec la réalité, à des hallucinations, à la paranoïa et à la violence. La rage des stéroïdes se traduit précisément par un accès de violence extrême, parfois proche de la barbarie. Ainsi, des cas de défenestration, de matraquage au moyen d’une batte de baseball ou d’immolation par le feu ont été décrits lors de procès. Ajoutons que la justice norvégienne a révélé que l’extrémiste Anders Behring Breivik était sous l’emprise de stéroïdes anabolisants au moment de la tuerie qui a coûté la vie à 77 personnes le 22 juillet 2011.

PUB DURABOLIN 1.jpg
PUB DURABOLIN 2.jpg

La Presse Médicale, une revue scientifique de grand renom, fait également 

– dès 1960 – la promotion du Durabolin® (stéroïde anabolisant)

La rage des stéroïdes est facilitée par certains traits de personnalité ou certains désordres psychiatriques, ainsi que par la prise de « cocktails de dopage » renfermant des stimulants ou des produits désinhibants tels que l’alcool, le cannabis ou les stupéfiants. Plusieurs affaires se sont d’ailleurs déroulées dans des boîtes de nuit. L’environnement propre au sportif de haut niveau, adulé, convaincu dans certains cas d’être au-dessus des lois, constitue aussi un élément facilitateur.

En 1999, un ouvrage consacré aux milieux du football américain révélait que 21% des joueurs avaient été impliqués dans des affaires de violence – parfois des meurtres – les ayant amenés devant les tribunaux. Avant de mourir d’une tumeur au cerveau en 1992, Lyle Alzado, réputé pour son jeu violent, avait reconnu l’usage massif de stéroïdes anabolisants et d’hormone de croissance, ajoutant que 90% des joueurs en faisaient autant.

Reeva Steenkamp, la compagne de Pistorius, est probablement une énième victime de la rage des stéroïdes

Force est de reconnaître que les sportifs ont la violence facile. En atteste les exemples relativement récents d’un triple sauteur et d’un coureur de 3 000 steeple français auteurs d’agressions violentes. Ou celui d’un sportif amateur d’Amiens accro au bodybuilding, condamné à une lourde peine de prison pour avoir tenté d’assassiner son ex-compagne à coups de couteau. Il m’avait sollicité pour savoir si son acte pouvait être en rapport avec la prise d’anabolisants. Si l’on fait abstraction du sport de haut niveau, le culturisme constitue vraisemblablement le microcosme le plus touché par la prise de stéroïdes anabolisants.

Il y a de quoi être interpellé par toutes ces affaires. D’autant que, comme le disait Lance Armstrong, « ça (se doper) fait partie du job ». Les foyers potentiels de la rage des stéroïdes et les passages à l’acte sont plus nombreux qu’on ne l’imagine a priori. Le feu couve dans le regard de certains athlètes et de certains Homo anabolicus. Pour plusieurs observateurs, il n’est d’ailleurs pas exclu que la rage des stéroïdes ait contribué au meurtre perpétré le 14 février 2013 par l’athlète paralympique Oscar Pistorius sur la personne de sa compagne Reeva Steenkamp. La probabilité que les stéroïdes anabolisants aient influé sur son comportement paraît très probable chez un coureur de 400 m de niveau mondial, spécialité athlétique où les stéroïdes anabolisants font partie de la pharmacie haute performance.

MATCH.jpg
PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE