xénoandrogenes Megagear Avis

204
[Total : 14    Moyenne : 4.1/5]

Xéno-androgènes de la marque MegaGear

 

En 2010 un nouveau type de compléments musculation voyait le jour en Europe : Les xénoandrogènes.

A Cette époque, un laboratoire Européen, MegaGear, à exploité commercialement une découverte réalisée par une équipe de chercheurs japonais. Ces produits sont les « disrupteurs endocriniens » ou « perturbateurs endocriniens« . 

Ces compléments alimentaires se nomment donc Xénoandrogènes.

Le terme « xéno » définit une substance étrangère au corps humain. Le terme « androgène » est utilisé car ces molécules ont une action sur le système hormonal.

Définition des xénoandogènes ?

Ces substances sont initialement des dérivés vitaminique, notamment de la nicotinamide et des tocophérols, et enfin, pour certains, des tocotriénols. En les modifiant dans leur structure, ils ont la propriété d’agir sur certains récepteurs et vont mimer, dans une moindre mesure, les effets anabolisants et anti-catabolisants des stéroïdes androgène.

Le professeur Japonais MORISHITA de l’Université de Kyoto à découvert pour la première fois en 2008 que certains perturbateurs endocriniens ont une action sur le système hormonal et stimulent les récepteurs endogène, provoquant ainsi une augmentation de la synthèse des protéines.

Plus récemment, les tocophérols ont été étudié dans le cas de traitement de l’insuffisance de Testostérone. Ils sont à ce jour utilisés dans le traitement de remplacement de la testostérone (TRT) par un nombre croissant de cliniques, telles que andrologika à Madrid par exemple https://www.andrologica.es/xenoandrogenos/

Le professeur W.STEIGER et son équipe ont également publié une étude démontrant que les tocophérols et le tocotriénols modifiés ont une action sur l’augmentation de l’action de créatine phosphokinase au sein des muscles, ainsi qu’une augmentation de facteur de croissance de l’IGF-1 se rapprochant de l’effet de l’insuline.

Enfin, les tocophérol ont aussi une action anti-glucocorticoïdes, comme il a été démontré en laboratoire.

Tout cela tendrait à prouver que les xénoandrogènes auraient un effet plus important qu’on ne le pensait dans leurs potentiel anabolisant, anti catabolisant.

Depuis une étude test, réalisée en 2018, publiée par le site Musqle.fr que vous pouvez consulter à l’adresse suivante: https://musqle.fr/xenoandrogenes-megagear a démontré que les xénoandrogènes avaient de vrais effets sur le développement musculaire. Ils restent cependant moindre comparé aux gains produits par les stéroïdes anabolisants.

Je vais vous faire part de mon expérience et de mon avis avec ces produits car j’ai eu l’occasion de réaliser plusieurs cures dans mon parcours de bodybuilder professionnel.

En 2013, j’ai décider de faire ma première cure de xéno-androgènes de la marque MegaGear en vu de préparer la saison 2014 qui pour des raisons personnelles se voulait être la dernière. J’avais été Mr Univers en 2012 et Champion de France en 2011.

Lorsque j’ai choisi de tester les xénos je savais que je n’obtiendrais pas les mêmes résultats qu’avec des anabolisants traditionnels mais néanmoins plus qu’avec des suppléments classiques.

Mon choix s’est donc orienté vers cette nouvelles génération de suppléments qui m’aideraient à atteindre mes objectifs. J’ai sollicité les conseils d’un conseiller Megagear France, et il m’a guidé dans le choix des suppléments, les dosages et la répartition de ceux ci.

J’ai combiné des suppléments pour un gain de masse, de volume mais aussi de qualité.

Durant les premières semaines j’ai ressenti de l’amélioration au niveau de la récupération des séances d’entrainement. Les courbatures disparaissaient plus vite que d’habitude. La force et le volume n’avaient pas changé !

En accord avec mon médecin et le conseiller MegaGear je suis passé à quatre Oral T-Bol par jour répartis comme suit :1/2/1 et à 3ml de Susta-Max par semaine. Le Winny et le Tren-Bol sont restes inchangés.

A partir de la 6ème semaine les ressentis à l’entraînement ont changé. Je congestionnais plus et plus rapidement, le muscle me semblait pousser derrière la peau. J’avais la sensation que mes muscles étaient plus pleins, plus durs mais le volume ne changeait pas. J’ai pu soutenir des séances plus intense, j’étais plus endurant, je récupérais plus rapidement entre les séries.

Résultats avec les xénoandrogenes MegaGear : 

Vers la 9ème semaine, je continuais à ressentir une grosse congestion à l’entraînement, une densité musculaire accrue et une meilleure qualité et j’ai constaté une prise de poids. Je suis pourtant toujours sec. Mon alimentation était toujours aussi contrôlée avec un apport glucidique de 275g en semaine et 350g le samedi et le dimanche avec un passage à 200g le lundi.

Sans aucun doute, les xeno-androgènes avaient un impact positif sur mon physique. A l’époque, certaines personnes à la salle pensaient  que je pesais dans les 80 kg alors que dans les faits, je ne pesais pas plus de 73 kg à cette période.

Semaines 9 à 11, les deux dernières semaines de mon premier cycle de Xéno-androgènes.

Je dois avouer que je suis assez satisfait du résultat à la fin de ma première cure de xénoandrogènes.

Je n’avais pas pris une masse incroyable mais j’ai constaté une belle amélioration de volume. Je précise que la cure n’était pas orienté vers un objectif de prise de masse ou de poids.

Les 5 dernières semaines de ma cure n’avait rien apporté de spectaculaire en terme de sensations mais j’ai pu noter :

  • la congestion plus importante,
  • la sensation de dureté musculaire, de plénitude,
  • la qualité musculaire (des stries apparues à des endroits que je n’avais pas auparavant)
  • un volume sensiblement plus important

Il était évident qu’avec des stéroïdes classique mes résultats auraient été plus prononcés. Peut être mêmes doublés en terme de poids, de volume mais les risques pour ma santé n’auraient pas été les mêmes. 

Mon bilan avec les xénoandrogenes

  • poids de départ: 69,2kg
  • poids en fin:73,7kg
  • tour de bras +1cm
  • tour de cuisses+1cm

Taux de graisses environ 6% (en gardant des sucres rapides et des laitages dans mon alimentation).

En février 2015, j’ai démarré ma préparation physique sur la même base que la cure décrite plus haut. J’ajoutais en plus du Clen à raison d’une à deux gélules par jour, une le matin à jeun et une le midi.

j’avais ressenti des maux de tête mais au bout de quelques jours et en diminuant la consommation de café tout était rentré dans l’ordre. J’avais le sentiment d’être « une chaudière », et je séchais relativement rapidement. Les sensations étaient les mêmes que lors de ma cure précédente ; sachant qu’entre les deux cures, je n’avais rien utilisé en xéno-androgènes pour laisser mes récepteurs endocriniens se reposer.

Malheureusement pour des raisons personnelles j’ai dû arrêter mes concours. Je n’ai donc pas de recul sur les résultats avec cette préparation de Xéno-androgènes.

 

PARTAGER

1 COMMENTAIRE

  1. Bilan de mon cycle xénoandrogenes megagear,

    Cure commandé fin aout.

    J’ai pris du danabol trois fois par jour ainsi que du susta, une fois par semaine et trenbol une fois par semaine aussi. La cure a duré 10 semaines au total.
    j’ai bien suivi les consignes. les prises ont été fait de manière régulière.

    Effets négatif : grosse allergie a partir de la 3eme semaine. J’ai eu des petits boutons qui sont apparus sur le dos. Ayant également une tendance à l’acné, j’ai une une poussée (les problèmes de peau sont chez moi un soucis depuis mon adolescence)

    Effets positif : Gain de force notable constaté après 5-6 semaines. Les effets sont présents, on sent vraiment qu’on récupère mieux et plus vite. Gain de poids sur la balance SANS GRAS ! et ca c’est juste le kif ^^

    Conclusion merci les xénoandrogenes et megagear vous etes top et sérieux. et votre anabolic complex est magique avant l’entrainement. continuez, moi je programme une nouvelle cure vers janvier.

LAISSER UN COMMENTAIRE